A chaque fois que j’entends le récit des actes des apôtres, je me demande ce qui s’est réellement passé ce jour-là, il y a 2000 ans, le jour de la Pentecôte.

Y a-t-il réellement un bruit qui vint du ciel ? Y a-t-il eu un violent coup de vent ? Y a-t-il des langues qui ressemblaient à du feu qui se posèrent sur chacun des apôtres, la Vierge Marie et quelques femmes qu étaient là : dans cette maison du cénacle ?

En fait, personne ne connaît quels furent précisément les faits matériels de ce qui s’est passé.

Mais ce que nous dit Saint Luc, c’est qu’à partir de cet événement, les merveilles de Dieu se sont fait connaître à toute sortes de nations différentes qui étaient là présentes en ce jour de grande fête juive.

Ce jour-là : tout le monde se mit à comprendre ce que disaient les apôtres qui avaient reçu l’Esprit Saint.

Or les apôtres parlaient araméen : un dialecte de l’hébreu.

L’expression est passé dans le langage courant. Lorsque l’on s’adresse à quelqu’un en lui disant :

« Ce que tu me dis là…Pour moi, c’est de l’hébreu »… Ça veut plutôt dire qu’on ne comprend rien.

Vous voyez:le jour de la Pentecôte, ce bruit qui vint du ciel, ce violent coup de vent : c’est comme un bouleversement. C’est comme si l’événement de la Tour de Babel, dans l’ancien testament était inversé.

Tout le monde comprend, dans sa langue maternelle, ce que disent les apôtres : merveille !

Peut-être bien que ces langues qu’on aurait dite de feu qui se partagèrent et qui se posèrent sur chacun des apôtres signifie cela : Lorsque quelqu’un s ‘exprime dans un langage de feu : tout le monde comprend. Car le message est clair, limpide et lumineux.

Comment cela peut-il nous arriver à nous ?

Je crois qu’il n’y a pas 36 solutions. Il n’y en qu’une : c’est d’ouvrir notre cœur à l’Esprit Saint.

Bien sûr, vous aurez compris que je parle du cœur, ce n’est pas pour dire que l’Esprit Saint habite notre « muscle cardiaque ». Mais lorsque je dis que «  l’Esprit Saint  nous parle au cœur », je veux dire que Dieu, par son Esprit vient habiter au plus profond secret de nous même.

Voilà pourquoi, chacun de ceux qui étaient là, ce jour de Pentecôte, entendirent et comprirent ce que disait les apôtres : parce que l’Esprit Saint parlait au cœur de chacun, dans un langage universel : le langage du cœur ; le langage de l’amour.

J’entends souvent, d’ailleurs, des couples, et particulièrement des vieux couples, me témoigner cela : « On s’aime tellement »me disent-ils, que l’on n’a plus besoin de s’exprimer avec des mots.

« Nous sommes tellement à l’unisson l’un de l’a utre que nous ressentons quel est le désir , et le besoin de celui que l’on aime profondément . Avant même qu’il ne s’exprime avec des mots ».

N’avez-vous jamais fait l’expérience, vous-même, lors des grands événements de votre vie : que c’est bel et bien l’Esprit Saint qui vous a parlé au cœur ?

Si vous ne vous êtes jamais rendu compte de cela, je vous invite à vous souvenir :

Chaque fois que vous avez laissé parler votre cœur… Allez … ! Réfléchissez bien… Ça nous est tous arrivé un jour… plus ou moins consciemment…

Ce que vous avez dit, ou ce que vous avez fait ce jour-là, est sorti spontanément de votre cœur : comme si quelqu’un d’autre vous avez inspiré ce que vous aviez à dire ou à faire…

Et de façon étonnante, vous avez fait cela alors que vous ne vous en seriez sentis capable par vous-même.

Et ce que vous avez dit ou fait ce jour-là a sans doute touché d’autres cœurs : parce que c’était juste, c’était bon, c’était vrai.

Outres ces 7 dons sacrés, voilà ce que produit l’Esprit Saint en priorité : justice, bonté, vérité .

Les trois vont ensemble et sont indissociables… Car :

La bonté, sans la justice et la vérité, serait un consensus mou : comme de la guimauve sans consistance.

Justice sans vérité serait raide et intransigeante comme la justice des tribunaux humains.

La justice sans vérité ni bonté serait hypocrisie, comme ceux qui mettent la loi au dessus de la vérité.

Un petit moyen mnémotechnique pour ces trois lettres B-J-V : « Bon, j’y vais » !

1- Bonté : comme bienveillance envers quiconque, et plus particulièrement envers ceux qui j’ai plus de mal.

2- Justice comme ajustement à la juste volonté de Dieu.

3- Vérité : comme un lent chemin de patience et de progrès en compagnie de tous les hommes de bonne volonté.

Viens Esprit Saint ! Viens dans nos cœurs !

+ Père Dominique Lemahieu, Curé

Marquette, dimanche 23 mai 2021

Feuille de messe de référence :

Feuille de messe du dimanche 23 mai 2021