Pour une paroisse missionnaire

C’est la journée missionnaire mondiale.

Notre paroisse, comme toutes les autres, n’a pas pour vocation première d’être la plus belle, la plus chantante, la plus riche, la mieux remplie… afin d’obtenir la meilleur place au paradis, comme le souhaitent Jacques et Jean dans l’évangile que nous venons d’entendre…

Notre paroisse, comme toutes les autres, a pour vocation d’être missionnaire :

c’est-à-dire de faire connaître à tous la bonne nouvelle, de l’amour inconditionnel de Dieu pour toute l’humanité.
Cela ne peut se faire sans un certain effort sur nous même, afin de nous laisser transfigurer par le Christ Jésus.

Il y a 15 jours, quelques uns d’entre nous ont participés au congrès-mission, à Lille et ailleurs en France.

Il nous a été rappelé les 5 vitamines qui font vivre une paroisse :

-1- La prière, -2- La fraternité ; -3- La formation ; – 4 – le service ; -5- l’évangélisation.

-1- la prière.

Il m’arrive parfois d’être pris de vertiges, lorsque je contemple la vie des gens de notre époque :

Nous visons tous à 100 à l’heure. Nous courons partout, et toute la journée. Mais après quoi courons-nous ?

Beaucoup de nos contemporains courent dans une vie professionnelle effrénée. Il ne s’agit plus d’être performant dans ce que l’on fait. Il s’agit d’être meilleur que les autres… quitte à leur mettre des bâtons dans les roues.

Après quoi courent les gens ?…

Dans notre vie de croyants, la prière est essentielle, ne serait-ce que parce qu’elle nous permet de faire une pause : Se reposer un peu. Prendre un peu de distance vis-à-vis de la course effrénée de notre existence… et se mettre sous le regard de Dieu.

– 2- la fraternité.

Nous l’avons vécu de façon toute spéciale, il y a déjà un mois : lors de la fête paroissiale du cochon grillé.
Cette année, les deux paroisses (celles de Wambrechies et celle de Marquette) étaient invitées et réunies.

– Dialoguer, échanger nos façons de penser et de comprendre le monde dans lequel nous vivons…

– Mettre en commun les dons que nous avons reçus pour bâtir une vraie amitié entre nous,

– Ne pas rester isolés dans notre ville ou notre quartier,

c’est cela : former ensemble le corps du Christ !

Il y a encore beaucoup d’effort à faire dans bien d’autres domaines :

Je pense à la pastorale des jeunes qu’il faut absolument redynamiser.

Je pense à la visite aux malades, chez eux, dans leur quartier que l’on pourrait davantage organiser entre nous.

Je pense aux mouvements d’action catholique et aux mouvements de spiritualités que nous avons à soutenir dans leurs propositions spécifiques.

Bien sûr je m’émerveille bien davantage des choses qui vont bien, que je ne me lamente sur les domaines à améliorer.

-3- la formation.

Comme dans tout groupe humain, il est indispensable de ne pas rester figés sur le passé.

Mais c’est encore plus vrai dans le domaine de la foi. Non pas une foi statique, mais une foi toujours en mouvement ; toujours en questionnement. Pourquoi ? Parce que c’est comme cela que l’on aime.

La paroisse ne date pas d’hier. Elle a une histoire. Il faut apprendre à la connaître pour mieux l’aimer.

La foi dans le Christ Jésus ne date pas d’hier. Il faut apprendre à connaître Jésus pour mieux l’aimer.

Mais ce n’est pas suffisant.

C’est dans le monde que Jésus nous envoie. Il nous faut apprendre et nous former… pour mieux comprendre le monde. Car c’est ce monde-ci, celui dans lequel nous vivons ici et maintenant, que nous sommes appelés à aimer !

Nous former, donc : Pour mieux connaître le monde avec toutes ses difficultés, ses travers, et même ses violences.

Nous former, pour mieux aimer ce monde là. Car seul l’amour pourra sauver le monde ! Et Dieu n’est que cela.

-4- Le Service.

Tout compte fait, qu’est-ce qui nous pousse à nous investir en paroisse ?…

Peut-être que votre réponse est : « Pour rendre service à monsieur le curé »…

Bien sûr, je vous remercie de tout le dynamisme que vous développez pour m’aider, grâce à votre bénévolat. Pourtant, si votre seule motivation est de m’aider, je vous en supplie : démissionnez immédiatement !

Servir le monde et servir nos frères humains est bel et bien indispensable. Mais notre motivation première doit être la foi.

C’est parce que le Seigneur Jésus est le premier à s’être mis à genoux pour être le serviteur de l’humanité,
que nous devons faire de même, à notre tour.

-5- L’évangélisation.

Chacun de nous est appelé à être disciple du Christ… Et disciple missionnaire !

Il nous faut nous préoccuper en priorité de celles et ceux qui ne sont pas là.

« Il est impossible de nous taire ».

Telle est la phrase tirée des actes des apôtres qui a été retenue pour cette semaine missionnaire.

« Christ est mort. Bien plus… il est ressuscité ! » Si nous croyons que cela est une bonne nouvelle pour le monde.
Si nous croyons que la mort n’aura jamais le dernier mot, alors nous ne pouvons garder ce trésor de la foi pour nous seuls.

Voilà… 5 vitamines. 5 points concrets d’efforts que je vous invite à approfondir chers amis :

-1- La prière, -2- La fraternité ; -3- La formation ; – 4 – le service ; -5- l’évangélisation.

Semaine missionnaire mondiale !…

Oui elle est grande, elle est belle notre mission au service du bonheur de l’humanité toute entière.

C’est pourquoi nos liturgies doivent être belles ; Nos églises ouvertes et accueillantes ; notre prière fervente.

Oui : elle est belle ; elle est grande notre paroisse. Parce qu’elle est porteuse de Foi, d’Espérance, et de charité : jamais abouties, mais toujours en recherche. Ne se reposant jamais sur ses lauriers, mais toujours au service de la vie :

Pour une vie humaine pleinement réussie.

+ Père Dominique Lemahieu, Curé

Marquette, dimanche 17 octobre 2021