Paroisse Saint Vaast de Wambrechies

Mai, le mois de Marie

1724 : le mois de mai est officiellement consacré à Marie. Mais cette dévotion particulière, forme de piété populaire, a vu le jour bien avant, à Rome, sous l’impulsion des Jésuites. Déjà, au XIIIème siècle, le roi de Castille associe le mois de mai et la beauté de Marie dans son chant. Un siècle plus tard, un dominicain profite du mois des fleurs pour tresser des couronnes et les offrir à la Vierge chaque 1er mai. Quant à Saint Philippe Néri, au XVIème siècle, il invite les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie au cours du mois de mai. A la même époque, le bénédictin Seidl publie un ouvrage intitulé « Le mois de mai spirituel ». Plus tard, les Jésuites recommandent à chaque catholique de dresser, chez eux, un autel à Marie, à la veille du 1er mai, un autel orné de lumières et de fleurs autour duquel la famille peut se réunir pour réciter des prières en son honneur. Enfin, c’est le pape Pie V (pape de 1566 à 1572) qui institue la fête de la Visitation de Marie le 31 mai.

Une méditation sur Marie

Marie présente au monde son enfant et nous désigne ainsi Celui qui nous révèle l’amour du Père et la sollicitude de l’Esprit Saint qui vivent le mystère de l’unité et de la communion entre les trois personnes. C’est ce mystère de la Trinité qui nous conduit au salut par la grâce de la révélation et de la force donnée à chacun des hommes pour répondre à sa propre vocation. En ce mois de mai, il est donc important de repenser aux traces du Seigneur révélées par Marie dans chacune de nos vies.

La dévotion du pape François à Marie

Le Saint-Père a montré à plusieurs reprise son attachement à l’Immaculée Conception. « Nous avons entendu le chant de Marie, le Magnificat : c’est le cantique de l’espérance, le cantique du Peuple de Dieu en marche dans l’histoire », déclarait-il lors de son homélie du 15 août 2013. Le pontife a souvent rappelé que Marie apprenait aux catholiques à « être de vrais disciples ». « Nous sommes venus frapper à sa porte, elle nous a ouvert, elle nous a fait entrer et nous a montré son fils. Elle nous demande maintenant : ‘Tout ce qu’il vous dira, faites-le !’ » (Jn 2, 5). Marie, a souligné le pape François, est aussi celle qui a « invoqué l’Esprit Saint avec les apôtres au cénacle ». « Au centre de la foi, se trouve la confession de Jésus, Fils de Dieu, né d’une femme qui nous introduit, par le don de l’Esprit Saint, dans la filiation adoptive », a-t-il également écrit dans son Encyclique Lumen Fidei.

Fermer le menu