Jeudi 30 avril

  • Post category:Regards

Un virus dans la ville

A chacun sa route, chacun son destin.

Est-ce que je suis confiné ?. Je n’en sais rien.

Je me lève tous les matins, passe la journée au bureau, et rentre le soir tard à la maison.

Dit comme cela, il n’y a pas de changement. C’est comme avant, à quelques nuances près.

Au bureau, je suis seul dans mon open-space, mon travail c’est le même, la gestion administrative, la planification des réceptions et expédition, la transmission des documents d’import et d’export et les déclarations auprès des administrations, etc….

La pause-déjeuner est seulement à quatre ou cinq une table pour chacun avec notre gamelle, plus de petit restau sympa.

Mes collègues où sont-t-ils ? En télétravail et chômage partiel, nos clients pour la plupart ont cessé leurs activités.

Que puis-je faire moi le pion sur cet échiquier. Si l’on ne bouge pas on meurt.

Notre métier c’est d’apporter à nos clients des solutions textiles à leurs besoins. Nos techniciens ont mis leur savoir-faire auprès de confectionneurs. Nous avons un réseau et s’avons importer, nous avons trouvés des usines fiables pour importer des masques. Avec les compétences de chacun, nous nous sommes adaptés.

Nous devons tous là où nous sommes contribuer au bien vivre ensemble. Merci à tous de votre présence, de vos actions du quotidien, de vos bienveillances.

La vie est une aventure, il ne faut pas avoir peur.

Passe le message à ton voisin