Commencement

Chers amis, aujourd’hui je ne commenterai pas chacun des passages bibliques que nous venons d’entendre.

Je me contenterai de l’évangile…

Et encore… je ne vais m’intéresser, au cours de cette homélie, qu’au tout début : à la toute première phrase :

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu.

C’est la première phrase : le premier verset du premier chapitre de l’évangile selon St Marc.

Et je m’arrêterai même, ce matin, au premier mot… Goûtons, apprécions, savourons ensemble ce mot : Commencement.

Pourquoi Saint Marc prend-il la peine de dire cela ? C’est pourtant une évidence ! C’est le début de son évangile… Mais Saint Marc ne dit pas « début » de l’Evangile… Il dit : « Commencement ».

Cela fait référence à la Bible… Bible que tout bon juif connaît par cœur.

« Commencement ». Cela fait référence au tout premier livre de la Bible : le livre de la Genèse…

Vous vous souvenez ? Le récit de la création… « Au « commencement »… Dieu créa le ciel et la terre ».

« Commencement » premier mot de la Bible… premier mot de l’évangile.

 

Mais, c’est quoi le commencement de l’évangile ?… Eh bien c’est ce que nous allons célébrer dans 19 jours : Noël.

La naissance de Jésus : ça commence par là, l’Evangile !

Alors…           « Commencement »…           création…

                        « Commencement »               Naissance de Jésus.

En conséquence : le message de Saint Marc, ne serait-il pas ceci :
La naissance de Jésus, par la volonté de Dieu, est comme une re-création du monde… !

 

Et si c’est un « commencement », c’est donc, en toute logique, qu’il y a une suite.

 

On a vite fait de croire que la création, c’était au début du monde.

La création : comme une étincelle, une chiquenaude, un coup de pouce donné par Dieu…

Et puis, une fois le monde créé, Dieu se retirerait… et il regarderait l’homme se débrouiller tout seul.

Mais non !… L’acte créateur est un commencement qui se poursuit tout au long de l’histoire de l’humanité.

La création est un dynamisme continu.

 

Lorsque parfois, il arrive que nous soyons abattus, il peut nous sembler que le ressort de notre vie soit cassé…

Il peut arriver que nous soyons tellement décontenancés, fatigués, découragés… que nous sommes comme morts.

 

Alors si cela nous arrive un jour… ce jour là, et ça peut être maintenant, à cause de cette crise sanitaire mondiale qui dure déjà depuis un an. A cause de ce confinement de cette deuxième vague d’épidémie qui pourrait nous faire craindre qu’une troisième vague puisse survenir en janvier prochain.

Si nous sommes abattus par un deuil, une maladie, une faillite économique ou une perte d’emploi…

Si nous sommes désespérés, relisons ce mot de l’évangile : « commencement ».

« Commencement » –  création ;

« Commencement » – naissance de Jésus ;

Noël 2020 – recommencement – recréation – ressuscitation – Résurrection !

 

La Foi…

La foi en Dieu…

La foi en l’Evangile – Bonne Nouvelle –

La foi en Jésus, le messie, celui qui a reçu l’onction divine, le Christ – Fils de Dieu.

La foi, ne serait-ce qu’en un seul mot : commencement ; commencement de l’Evangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu.

La foi peut déplacer des montagnes !

La foi peut combler tous les ravins dans lesquels nous pourrions tous tomber un jour.

 

« Les passages tortueux deviendront droits, et les escarpements seront changés en plaine ».

Grâce à la foi : toute difficulté peut être vaincue.

 

Préparez, à travers le désert, les chemins du Seigneur. Écoutez, veillez, ouvrez vos cœurs,

Car Il vient, le Sauveur.

+ Père Dominique Lemahieu, Curé

Wambrechies, le dimanche 6 décembre 2020

Feuille de messe référente